Quand faire les diagnostics immobiliers ?

Lors de la mise en vente de votre bien immobilier, la question se pose de savoir quand faire les diagnostics immobiliers qui doivent accompagner l’acte de vente. Ces étapes se font bien avant qu’un acheteur se manifeste ou décide de conclure la transaction.

Dans cet article nous allons vous expliquer quand réaliser vos diagnostics immobiliers.

Le principe : réaliser le diagnostic dès le projet de mise en vente

Nombreux sont les propriétaires qui veulent attendre de trouver un acheteur et d’avoir la certitude que la vente va se conclure pour entamer les démarches liées à la réalisation des diagnostics.

Les experts immobiliers, notaires et agents immobiliers conseillent au contraire de procéder aux diagnostics dès lors que le projet de mise en vente est adopté, car, plus on s’y prend tôt, mieux on a de chances de conclure une transaction.

Les raisons justifiant des diagnostics immobiliers entamés en amont

Un diagnostic immobilier se présente pour la plupart des acheteurs comme une preuve de la bonne santé du bien qui leur est proposé.

A défaut d’en disposer, le vendeur risque donc de susciter de la méfiance de la part d’acheteurs potentiels et ainsi de rater des opportunités intéressantes pour écouler son bien immobilier.

Il faut s’attendre à ce que les acheteurs demandent à consulter les diagnostics effectués sur le bien immobilier, car ils leur fournissent des certitudes quant à l’état du bien, bien plus que les simples visites.

De ce fait, un dossier de diagnostic inachevé ou incomplet sera le plus souvent synonyme d’absence d’offres de la part des acheteurs potentiels.

En supposant que l’acheteur fait son offre et que les diagnostics sont réalisés en aval de sa proposition, le risque se pose aussi que des problèmes soient détectés au moment de la réalisation de ces diagnostics.

Dans cette hypothèse, l’acheteur va retirer ou renégociera son offre ce qui constitue non seulement une perte de temps, mais aussi un risque supplémentaire de ne pas conclure la transaction.

Il va sans dire que les diagnostics tardifs signifient augmentation du délai de rétractation qui existe en faveur de l’acheteur.

Le temps que vos diagnostics soient prêts et que l’acheteur signe la promesse de vente, il risque de tomber sur un bien immobilier qui répond à tous ses critères et qui dispose déjà de tous les documents nécessaires pour une conclusion sécurisée de la vente, notamment ses diagnostics immobiliers.

Il faut également savoir qu’un nombre croissant de notaires exigent que le vendeur est fait faire le dossier de diagnostics immobiliers obligatoires avant d’accepter de fixer un rendez-vous pour la signature du compromis de vente.

L’obligation de diagnostics avant la promesse de vente

Enfin, il convient de noter que le compromis de vente en lui-même exige qu’on lui annexe les diagnostics immobiliers. Le notaire ne pourra pas entériner la démarche de signature sans ces documents.

Il convient donc de faire ses diagnostics obligatoires le plus tôt possible d’autant plus que la durée de validité du DPE est de 10 ans. Leur nombre et leur nature dépendront pour la plupart de l’année de construction de la propriété à vendre.

Le plomb concerne les biens construits avant 1949 et sera valide indéfiniment si le bilan est négatif, l’amiante sera pour les habitations datant d’avant 1947 et sera valide de façon illimitée en cas d’absence d’amiante.

L’électricité et le gaz concernent les installations de plus de 15 ans et durent pour 3 ans. Les termites et l’état des risques dépendront de la localisation du bien et de l’existence de l’arrêté préfectoral qui exige ces diagnostics.

Pour conclure, le mieux est d’anticiper les démarches pour ne pas être bloqué lors de la vente en contactant plus tôt votre diagnostiqueur immobilier.

Guides & Actualités Diagnostics Immobiliers

diagnostic immobilier

Les commentaires sont désactivés